CONTRATS DE DEMENAGEMENT

Consommation - 01/03/2022

CONTRATS DE DEMENAGEMENT

Les clauses abusives d'un contrat de déménagement annulées

Quelles protections existent pour le consommateur lorsqu’il contracte avec un professionnel ?

Le consommateur est réputé ne pas connaître les pratiques et termes commerciaux, ce qui crée un déséquilibre vis-à-vis du professionnel.


En effet, il peut ne pas être en mesure d’apprécier les conséquences de certaines clauses contractuelles qui pourraient, à ses dépens, être plus favorables au commerçant.

C’est la raison pour laquelle le Code de la consommation prévoit que les clauses dites abusives, sont prohibées.

Qu’est-ce qu’une clause abusive ?

L’article L212-1 du Code de la consommation définit les clauses abusives comme ayant

« pour objet ou pour effet de créer, au détriment du consommateur un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat ».

De fait, les clauses abusives sont des clauses interdites dans les relations contractuelles, elles sont à ce titre réputées non-écrites au sein du contrat.


Le Code de la consommation en liste un certain nombre dans ses articles R212-1 et suivants.

A titre d’exemple, on prohibe la clause ayant pour objet ou pour effet de

« supprimer ou réduire le droit à réparation du préjudice subi par le consommateur en cas de manquement par le professionnel à l’une quelconque de ses obligations » (R212-1 6°).


L'entreprise de déménagement ne peut donc pas éluder sa responsabilité par avance.


Dans ce cas précis, en cas de faute de sa part, le professionnel déménageur ne peut pas proposer une clause l’exonérant, partiellement ou totalement, de réparer le dommage causé au consommateur.

Ce genre de clause existe souvent dans les contrats de transport, en tout cas généralement lorsque le professionnel a la garde du bien de son client.

En quoi les contrats de déménagement sont-ils concernés ?

Les contrats de déménagement sont des contrats passés par des particuliers au profit de sociétés professionnelles.

Le régime des clauses abusives est donc pleinement applicable à ces contrats.

C’est ce qu’est venu rappeler la Cour de cassation dans un arrêt dans lequel elle a statué sur une clause abusive contenu dans un contrat de déménagement.

En l’occurrence, un particulier avait conclu un contrat de déménagement avec une société spécialisée dans le déménagement.

Le contrat stipulait un montant d’indemnisation fixe en cas de dommages causés aux meubles non-listés, équivalent à 152 € par pièce.

Deux meubles ont été endommagés.

La société n’a pas contesté sa responsabilité mais a souhaité diminuer l’indemnisation, en se référant à la clause prévue au contrat.

La société a finalement été condamnée à payer le coût de l’indemnisation réelle.

Les juges du fond ont en effet estimé cette clause abusive, dans la mesure où l’indemnité ne permettait pas de couvrir entièrement le dommage subi par le client, ce qui réduisait donc la responsabilité de la société de déménagement.

La Cour de cassation confirme cette analyse.

Pourquoi la clause prévue dans le contrat de déménagement est-elle considérée comme abusive ?

La Cour de cassation estime que cette clause était de nature à limiter l’indemnité due en cas de dommage, ce qui revenait à réduire le droit à réparation du préjudice subi par le consommateur du fait du manquement du professionnel.

Or, en vertu de l’article R212-1 6° du Code de la consommation, elle en déduit qu’une telle clause limitative de réparation est « irréfragablement présumée abusive et donc interdite ».

Autrement dit, une telle clause est présumée abusive, et la preuve contraire ne peut pas être rapportée par le professionnel, qui n’a pas alors la possibilité de démontrer, par exemple, que cette clause était la contrepartie d’une autre stipulation du contrat venant rééquilibrer celui-ci.

La Cour de cassation confirme donc le raisonnement des juges du fond.

Cette décision marque-t-elle une évolution positive dans la protection du consommateur ?

Cette solution est salutaire, pour plusieurs raisons.

Elle rappelle d’abord que certaines clauses, dite « clauses noires », sont interdites dans les contrats conclus par des professionnels avec des consommateurs, et ce en vertu de la loi, c’est-à-dire sans même que le juge ait à porter d’appréciation sur les vertus ou non de la clause.

Elle applique, ensuite, ce principe à un type de contrat, le contrat de déménagement, particulièrement sujet aux clauses abusives.

En effet, le consommateur en position de déménager est en effet rendu encore plus vulnérable par le caractère exceptionnel de ce type d’opération, souvent générateur de stress et source de possibles déconvenues.

Le législateur ne s’y est d’ailleurs pas trompé, puisque ce contrat fait l’objet d’un régime juridique spécifique dans le Code de la consommation.

L’arrêt vient rappeler que, dans les contrats de déménagement, quels qu’ils soient, une clause fixant une indemnité forfaitaire due au consommateur est présumée abusive si cette indemnité fixée par avance est de nature à réduire le droit à réparation du préjudice subi par le consommateur, y compris lorsque celui-ci y a consenti.

En d’autres termes, quand bien même le client accepterait de conclure le contrat en ces termes, un professionnel ne peut pas proposer dans son contrat une indemnité tarifaire, du moins pas si elle se retrouve inférieure à la valeur du bien endommagé.

Il en résulte que le professionnel qui commet une faute ne peut en aucun cas déroger aux règles du droit commun.

La protection du consommateur s’en trouve accrue.

Antérieurement en effet, la jurisprudence antérieure avait pu admettre de telles clauses dans la mesure où elles étaient connues et acceptées par le client, c’était le cas de la Cour de cassation dans un arrêt du 16 novembre 1993, ou de la Cour d’appel de Paris, dans un arrêt du 24 juin 1982, Ronéo c/ Satemco, même si dans ces cas, elle veillait à un formalisme strict.

Ce revirement de jurisprudence est tout à fait logique à la lecture de l’article R212-1 6° du Code de la consommation, issu de la réforme de 2016, la réglementation n’interdisant pas les clauses limitatives d’indemnisation auparavant.

L’arrêt ne fait qu’opérer une interprétation littérale de cet article : la clause est bien évidemment abusive quand bien même le consommateur y consentirait en concluant le contrat.

Bien sûr, cette décision ne vaut que si la responsabilité pour faute du professionnel est engagée.

Quelles précautions doivent prendre les consommateurs qui concluent un contrat avec une société de déménagement ?

Plusieurs précautions sont à prendre pour le consommateur, avant, et après la conclusion du contrat de déménagement

Avant la conclusion du contrat, il ne saurait trop lui être recommander de faire jouer la concurrence en comparant les prix, mais aussi de lire la totalité du contrat et de demander pour cela au préalable un devis et les conditions générales de vente du professionnel.


Il convient également de remplir une déclaration de valeur des biens.


Après la conclusion du contrat, et en cas de désaccord sur la prestation réalisée, le consommateur doit immédiatement émettre des réserves à la réception.


S’il ne le fait pas, il peut encore le faire dans un délai de 10 jours maximum à compter de la réception, en adressant un courrier recommandé avec accusé de réception le plus rapidement possible au professionnel.


Dans la mesure où la charge de la preuve des inexécutions ou mauvaises exécutions pèse toujours sur le consommateur, il est essentiel de faire constater, le cas échéant par huissier de justice, les détériorations et dégradations qui ont pu survenir au cours du déménagement.


Enfin, le consommateur doit veiller à ne pas perdre ses droits, en agissant, en tout état de cause, au plus tard dans un délai d’un an à compter de la réception des biens.


Attention donc aux démarches amiables qui s’éternisent!


Même si ces démarches amiables peuvent vous éviter un procès, elles peuvent aussi, si elles s’éternisent, vous faire perdre tous vos droits.


En effet, le juge ne peut être saisi pour mettre fin au litige que dans le délai d’un an à compter de la livraison.


Passé ce délai, vous perdez tout droit à agir devant les tribunaux, par application de l’article article L 133-6 du code de commerce).


Déménager, comme défendre ses droits, ne s’improvise donc pas !


CASS. CIV. 1ERE, 11 DECEMBRE 2019, N°18-21.164



Maître SALAGNON, Avocat associé au sein du cabinet BRG Avocats (Nantes-Paris), et responsable du département droit économique, droit de la consommation, droit des contrats, vous conseille, vous assiste et vous accompagne sur toute la France concernant vos litiges portant sur les contrats de déménagement.

Pour le contacter, appelez-le au 02.40.89.00.70, ou prenez contact au moyen du formulaire de contact afin qu’une réponse vous soit apportée dans les meilleurs délais.



Retour à la liste des actualités juridiques Consommation

Derniers articles du blog

VICTIMES D'ACHAT DE PANNEAUX PHOTOVOLTAIQUES

Photovoltaïque & pompes à chaleur - 22/09/2022
En savoir plus


FAUX DEVIS VALANT ACHAT D’INSTALLATION PHOTOVOLTAÏQUE : COMMENT REAGIR ?

Photovoltaïque & pompes à chaleur - 08/09/2022
En savoir plus


VIREMENTS FRAUDULEUX : DES REFUS DE REMBOURSEMENT ABUSIFS DES BANQUES

Bancaire & voies d’exécution - 01/09/2022
En savoir plus


VICTIMES D'ARNAQUES AUX PANNEAUX PHOTOVOLTAIQUES ET PAC : ATTENTION AUX TRANSACTIONS PROPOSEES !

Photovoltaïque & pompes à chaleur - 31/08/2022
En savoir plus


ACHATS SUR FOIRES ET SALONS

Photovoltaïque & pompes à chaleur - 23/06/2022
En savoir plus


Coordonnées avocat Nantes

Maître Charlyves SALAGNON
1, rue Du Guesclin - BP 71612
44016 NANTES Cedex 1
Tél. : 02 40 89 00 70
Fax : 02 51 72 08 91

Horaires
Du lundi au vendredi
de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Conseil, confiance, rapidité et efficacité au service de vos intérêts

Contentieux des panneaux solaires

Droit bancaire et voies d’exécution

Droit de la consommation

Commercial

Procédures sur l'Etat civil des personnes

Contentieux automobile et routier